SAVOAR FER

 SAVOAR FER 

ILLUSTRATION @SARAXMAHMOUD TEXTE @MANONRNLT

Tu feuillettes les pages des magazines, et tu penses « Moi aussi j’ai ma place, et pas seulement dans les crédits de bas de pages. »Tu griffonnes des vêtements dans des vieux carnets usés depuis des années, et aujourd’hui tu t’endettes dans une école de mode, qui te promet le statut de vedette. Graine de Galliano hybridée à l’Abloh en basket Fila : la société te dit lance-toi, entreprend. Sois le maître du navire. Mais sans savoir-faire c’est la noyade assurée, c’est le Titanic sans même qu’il n’y est eu d’Iceberg.

Si tu n’as jamais, jamais navigué, écoute Eliane Heutschi. La quatrième collection de sa marque Savoar Fer se concentre sur le bouton. Ils se multiplient, doublent de volume, remplacent les talons des chaussures- en bref ces petits éléments qui passent inaperçus, permettent à Elian Heutschi de tenir le mat. Sa formule : créativité + réflexivité. En bref elle a su fonder un concept théorique, et plutôt que d’écrire une somme de livre soporifique, elle imagine des vêtements que tu peux porter pour aller dans ton supermarché.

Son chapitre 1 « Dentelle au fuseau », puis Point de croix . Un chapitre 3 autour du plissé, et nous voici au quatrième.

Au choix cette collection se regarde, ou apprend, ou les deux en même temps. Tu déboutonnes le concept à ta guise.

Boutons, Femmes et Modernité

Quel est le rôle du bouton? Pourquoi a-t-il été crée ? Qui porte encore de l’attention à ce trivial petit élément ? Pour répondre Eliane prend le volant, va à la rencontre de petits artisans français qui conservent comme de précieux trésors de pièces remplies de petites boites à bouton. Elle rencontre des recouvreurs, souvent spécialisés dans les robes de mariés » Ils m’ont permis de découvrir tous les moulages possibles, de savoir exactement comment utiliser le bouton, les tailles. À partir de là, les idées viennent ». Puis Eliane fait une pause dans le processus  » Je me documente,(…) je ne passe pas des journées à la bibliothèque mais c’est important de comprendre d’où viennent les choses. »

L’histoire du Bouton ? Une douce illusion de la modernité ? « La démocratisation du bouton a permis de créer des vêtements plus près du corps, avant c’était compliqué (…) Rapidement cette prouesse technique va être associée aux filles faciles. »Si le bouton peut paraître novateur en réalité « il signe l’entrée dans une ère où les vêtements imposent le dévoilement de la silhouette ». Évidemment les supers models d’ 1m80 s’en moquent, alors que la moyenne humaine se retrouve engoncée dans des vêtements trop moulants : mal calculé le chic devient vulgaire. Contre cette injustice qui sa base sur la morphologie, Eliane s’amuse. La manière dont elle place les boutons sur ses t-shirts, permet d’avoir une pièce ample ou plus retrécie. Le vêtement se transforme : c’est aussi une manière d’allonger sa vie – c’est une réponse à l’encontre des vêtements klenex, tant défrayés en ces heures ou la sustainabilityanime les passions…

Tuer le mythe du Créateur


La modernité des pièces Vs le discours autour des Savoirs-Faire. C’est un peu : Le passé VS le Futur… Pas la peine de faire un choix. Eliane est un créatrice brillante : elle transgresse ses oppositions et inscrit ses lignes dans un projet de réflexion plus vaste sur la conservation des savoirs-faires. D’où lui viennent toutes ces idées ?Elle ne s’est pas contenté d’un discours qui lui promettait le succès : elle passe par l’Institut of Fashion Design de l’Academy of Art and Design de Bâle, puis travaille pendant deux ans pour Lutz Huelle. Avant de lancer sa marque en 2017, elle suit le programme Entrepreneur de l’IFM. Ainsi elle lie connaissance du champ de la mode à une réflexion théorique pour lancer une marque où l’équilibre entre art et commercial est parfaitement dosé. Elle aurait pu tomber dans l’abstraction pure, et ne s’adresser qu’a une niche d’initiés- un peu comme chez Rick Owens. Mais finalement sauvegarder les savoir-faire, c’est un geste qui se transmet. Qui doit se transmettre.

« J’ai des papillons dans le ventre ». Juste avant le premier défilé au Palais de Tokyo l’émotion est là. Pourtant l’élixir de la reconnaissance, la promesse de la gloire, et les étoiles dans les yeux n’ont pas aveuglés Eliane qui réfléchie déjà au prochain savoir-faire à sauver.

 À LIRE AUSSI :  

Sorry, no posts matched your criteria.
No Comments

Post A Comment