DISCIPLE D’ORELSAN

 DISCIPLE D’ORELSAN 

ILLUSTRATION @DRYVO TEXTE @MANONRNLT
Réveil : 30 personnes en moins sur Instagram, un commentaire avec une combinaison d’émoticônes qui te retourne les neurones. Chat pailleté, artiste hype, (mais que tu follow toujours pas ? #out), Vegan Bowl. Tiens, une meuf du collège est enceinte, y a la photo de l’éco /70 likes. Série d’images et vie divulguer. Mais malgré tout tu gardes ton compte. Tu participe à la course effrénée orchestré par le RS. Tu en dis trop, tu te compare et sa vire à l’obsession. Au faite combien de personne t’on unfollow ?Putain je pige que dalle. Pourtant elle était bien ta reprise de Lomepal. Le web est une sacré dédale ou tu t’exposes, tu crées, puis exploses et procrastines.

Pendant ce temps là, le temps file, le temps cour, le temps se barre, quel bâtard. Ta créativité  VS Les métriques dans une société du chiffre de la surveillance et des complots.

 

Refaire du web un terrain magique demande de la discipline. Orelsan l’a bien compris. Rappeur qui n’hésite pas à secouer les stéréotypes en les surjouant plûtot qu’en les survolant, il remporte la victoire de la musique 2019 pour sa tournée. Soit un lieu matériel réservé à des artistes accomplis. Point commun avec le web  ? ce sont des espaces d’expérimentations de soi et de partage de la culture. Sur l’une ou sur l’autre on s’affiche. Le tout est de le faire avec conscience, avec discipline, histoire de ne pas y perdre sa raison et ses neurones.

Alors dans son dernier clip, Orelsan met en garde. Il passe de Story en Story instagram,remonte le fil de la culture web et distille les vidéos youtube pour mettre en abîme sa propre notoriété. La célébrité, la reconnaissance dans une culture ou les réactions sont immédiates deviennent un brin angoissante. Orelsan est littéralement enfermé :  les images, les commentaires qui se rapportent à lui l’empoisonnent au point ou il n’est plus que sa propre « Story ».

 

La chanson en soi montre l’agentivité du type sur l’idée, et sa bataille contre l’idée d’un web noir dont il serait le simple prisonnier. Derrière la vitre du portable, il tourne tout cela en oeuvre artistique. Alors pas de lamentations mais une mise en garde à l’heure ou la magie de web transporte avec elle les promesses d’une célébrité pour tous. La renommée demande du travail. Orelsan réglemente la course dératée de certains utilisateurs.

 

Porno, vidéo Lol, commentaires abrupts, com back d’ex : des pièges de la cultures web. Mais est-ce la faute d’un Web dystopique blackmiror, ou le constat que l’enfer n’est pas le numérique. L’enfer c’est les autres.

 

En utilisant les structures même de la culture web, Orelsan a déjà inspiré la production de connaissance. Le you tuber HardsiK dévoile sur sa chaîne son analyse des effets visuels du clip : une nuit blanche pour décortiquer le crie « d’amour » d’Orelsan au public. Si c’est pas de la discipline de bienveillance …

No Comments

Post A Comment