REXCHOUK

 REXCHOUK 

ILLUSTRATION @REXCHOUK TEXTE @SARAXMAHMOUD

Je suis autodidacte, je n’ai jamais eu un intérêt réel pour l’art, ni dessiné quoi que ce soit en dehors d’une maison carrée avec un toit en triangle ou d’un bateau avec des fenêtres arrondies.

J’aurais aimé partager un verre de thé avec toi tout en faisant cette interview, mais longue vie à Internet. Tiens, parles-nous de toi, ton âge, où vis-tu ? Et toutes informations que tu jugeras utiles, même la marque de ton rasoir.

Je suis souvent à Jeddah en Arabie Saoudite, ou je suis né en 1990 et où j’ai passé une majeure partie de ma vie en fait et où je suis de retour maintenant après avoir passé une décennie ici et là et principalement à New York où tout a commencé pour moi. 

Je suis autodidacte, je n’ai jamais eu un intérêt réel pour l’art, ni dessiné quoi que ce soit en dehors d’une maison carrée avec un toit en triangle ou d’un bateau avec des fenêtres arrondies. J’ai commencé à peindre activement fin 2014, sans orientation ni objectif clairs, mais depuis que j’ai commencé “Nothing Was The Same” #Drizzy flows.

 

Tu rends l’Arabie Saoudite aussi drôle que dramatique. Je me demande du coup si cela offense certaines personnes à la vue de ton art ou est-ce qu’ils le prennent avec humour ?

C’est cool que tu dises ça ! Je suis inspiré par l’impact et l’héritage, l’immortalité par l’inspiration, la pertinence culturelle et l’élévation.

Mon identité en tant qu’artiste se développe au fur et à mesure, et je m’amuse à mettre en lumière certains stéréotypes, contradictions et provoquer des pensées intérieures et remettre en question des idées préconçues. Quel est mon but ? Je vis juste.

Évidemment, grandir en tant qu’artiste et disposer d’une plate-forme est quelque chose que je ne prends pas pour acquis et que je continue à travailler. Et pour répondre à ta question, je ne fais pas vraiment attention à ce que les gens pensent de mon travail car je n’ai pas l’intention de changer d’esprit, de croyance ou ce qu’ils pensent de la «vie» ou de mon travail. En fait, j’explique rarement mes œuvres multicouches ou ressens le besoin de justifier quelque chose que j’ai créé. En outre, je suis plus drôle en personne une fois que nous avons terminé la conversation, ce qui peut prendre des heures, des jours, des mois ou toute la vie, en fonction de l’ambiance.

 

Tu utilises des codes occidentaux, la pop culture, les champignons hallucinogènes pour parler de la culture arabo-islamique. Comment tu fais pour fusionner le mélange ? Et quel est ton message ?

J’aime jouer avec la perception et amener le spectateur à me juger, mon travail, c’est une impression là! Mon message est: «BATTEZ LE SYSTÈME, mais ne vous trompez pas, soyez réaliste et cohérent, car ce n’est qu’une question de temps avant que nous ne rebondissons de toute façon, alors profitez-en au maximum. #ChoukaKnows

 

Qu’est-ce que la culture Égyptienne apporte à ton art ?

J’aime l’Histoire et les mythes du passé, le mystère à propos de la culture de l’Égypte antique est infini. En soi, c’est visuellement attrayant et combiné à toutes les interrogations, et surtout stimule mon imagination. Qu’est-ce que cela signifie sur mon art?Vibrations extraterrestres et poursuite de la réalisation de soi.

 

Sous une de tes illustrations sur Instagram quelqu’un t’as écrit que ton travail est “very deep” (profond pour les non anglophones). Et j’ai l’impression qu’il y’a plusieurs degrés de lecture, est-ce que c’est aussi profond qu’il le pense ou ça dépend de l’interprétation de chacun?

Ouverts à l’interprétation, certains préfèrent les conversations et pensées profondes et d’autres préfèrent l’attraction visuelle et colorée.

 

As-tu déjà fais une exposition?Vas-tu en faire?Et quel est ton super plan du futur?

J’ai déjà participé à de nombreuses expositions aux États-Unis, en Europe et en Arabie, j’ai commencé par peindre et j’ai toujours un amour profond pour la peinture, mais alors que je manœuvre dans le système, les œuvres numériques me servent bien ces jours-ci. Je n’aime pas chercher l’approbation des établissements d’art, ils ont certaines normes et manières de faire les choses, alors que je ne fais que suivre mes propres règles et si je veux faire quelque chose, je le fais quand même. Mon masterplan est de continuer à faire ce que je fais et de voir où cela me mènera (Chef Choomy cuisto).

As-tu Twitter?Et que penses-tu de ce média?

J’en ai un, mais je ne l’utilise pas vraiment. Je ne prêche pas et je garde mes mots pour moi. Je respecte les gens qui arrivent à transmettre leur message à travers. En soit les réseaux sociaux sont un outil génialissime et un virus générationnel à la fois. Je me sens béni d’avoir vécu dans un monde sans. C’est un départ universel dont on ne voit que la partie visible de l’iceberg. 

 

Je ne sais pas pourquoi mais tu as l’air d’avoir une personnalité assez drôle. C’est quoi ta blague préférée ?Enfin peut-être que tu n’aimes pas les blagues. Sinon rien à voir pourquoi tu utilises une tête de squelette apeurée façon Scary Movie comme mascotte?

Haha ! Apprends à me connaitre et tu sauras si c’est vrai ! Mon humour est trop agressif alors on va garder ça pour la prochaine fois. 

Cela a commencé comme un concept de masques et comment les gens affrontent différentes personnalités en fonction de différents contextes. Le masque est une représentation d’un crâne ou d’un os qui constitue la première couche hypothétique de l’âme, donc le soi le plus pur, tout en contredisant totalement cette affirmation en masquant littéralement le masque unique visage/être physique. Contradiction !

 

What is the flow ?

L’amour de soi et l’accomplissement. 

 

Who Got the Flow ?

Tout le monde l’a.

No Comments

Post A Comment